fbpx

La génération Z est de plus en plus attirée par le monde des startups : petite structure flexible, même codes et style de vie, même tranche d’âge… Elle s’y reconnaît plus facilement ; le fameux effet miroir. Yen Nhi Do, DRH de la startup Holidu, moteur de recherche pour locations de vacances à établi une liste de dix phrases à éviter lors du premier entretien.

1. « Vous êtes dans quel secteur, déjà ? »

Par nature, une startup n’est pas aussi connue du grand public qu’une entreprise classique ou qu’une marque établie, le candidat se doit donc de faire ses recherches afin de posséder le maximum d’informations sur celle-ci : secteur d’activité, produits sur lesquels elle travaille et sa vision. Et ce ne sont que quelques exemples. Par ailleurs le candidat doit être capable de se projeter sur une – ou des – missions sur lesquelles il pourrait intervenir, avec l’envie et la détermination de faire avancer l’entreprise grâce à ses propres idées.

2. « Je pense n’avoir jamais pris de mauvaise décision. »

Une situation infructueuse est un excellent apprentissage. Les collaborateurs se doivent de réfléchir avec soin aux décisions qu’ils prennent, et toujours avoir en tête la notion d’amélioration pour grandir. Cela implique également d’admettre lorsqu’une décision prise n’a peut-être pas été la meilleure. C’est d’autant plus vrai dans une startup qui ne peut se baser sur ses années d’expériences ; il faut être conscient de ses imperfections.

3. « Je travaille beaucoup à l’instinct »

Dans une startup, et notamment dans le secteur de la technologie, il est important de travailler de manière rigoureuse, car chaque décision peut avoir de fortes conséquences. Les stratégies et les objectifs étant basés sur des analyses détaillées de données précises, il convient de porter grande attention aux détails. Le candidat doit pouvoir prouver sa capacité d’analyse et son désir d’aller toujours plus loin.

4. « Mon anglais n’est pas très bon. »

Dans de nombreuses startups, la langue officielle est l’anglais. Bien sûr, tous les employés ne sont pas parfaitement bilingues et tout ou presque s’apprend. La plupart des startups attachent donc une grande importance à la volonté de sortir de sa zone de confort pour s’améliorer et continuer l’apprentissage.

5. « J’ai horreur du babyfoot. »

Il ne s’agit nullement ici d’être un pro du babyfoot pour intégrer une startup ! Cette activité, souvent mise en avant, illustre l’esprit de son fonctionnement. Esprit d’équipe dans une ambiance amicale, prise en compte de l’environnement familial, tutoiement pour effacer les barrières hiérarchiques, rencontres hors de l’entreprise, Team Event…

6. « Ce n’est pas dans mes responsabilités. »

Dans un environnement de travail dynamique tel que celui d’une startup, une grande flexibilité est requise. Tous les membres d’une même équipe sont encouragés à apporter et à partager leurs idées et leurs compétences. Il faut savoir être visionnaire, être à l’écoute, chercher à élargir son champ d’expertise, voire sortir de ses responsabilités initiales. Quand les choses se compliquent, et cela arrive, il faut savoir travailler en équipe.

 

Lire la suite de l’article