fbpx

La transformation numérique des entreprises couplée à l’évolution des demandes des collaborateurs conduisent les entreprises à adopter de nouvelles formes de travail. Voici le profit que peuvent en retirer les salariés mais aussi les entreprises.

 

1. Le télétravail

 

Cette forme de travail est de plus en plus sollicitée par les collaborateurs des entreprises. La génération Y plébiscite cette forme de travail. Le télétravail est donc un bon moyen pour les entreprises d’attirer les meilleurs talents notamment parmi les millenials.

Autre avantage pour l’entreprise recourant à cette nouvelle forme de travail : une baisse des coûts en raison d’une présence moindre des salariés dans les locaux. Les coûts relatifs aux déplacements des salariés sont également moindres pour l’entreprise.

Les salariés tirent aussi bénéfice du télétravail. Ils bénéficient d’une plus grande flexibilité de leurs horaires de travail ainsi qu’un meilleur confort de travail. Enfin, pour les collaborateurs les plus éloignés de leur lieu de travail, le télétravail se traduit par un gain de temps sur le transport.

Si le télétravail n’est pas accepté par l’entreprise, une autre forme de travail peut intéresser les salariés les plus autonomes : le coworking.

 

2. Le coworking

 

Les espaces de coworking se multiplient rapidement en France. Leur nombre a été multiplié par 10 en l’espace de 5 ans. Ces espaces ne sont pas réservés qu’aux seuls travailleurs indépendants. Les salariés des entreprises peuvent aussi y trouver leur compte, ce pour deux raisons.

La première, c’est une alternative au télétravail et à son inconvénient majeur pour le salarié : l’isolement. Ainsi, plutôt que de faire du télétravail de chez lui, un collaborateur peut proposer à son employeur de louer un espace dans un lieu de coworking près de son domicile. Le collaborateur y gagne une proximité avec son domicile. C’est donc un temps de transport plus court pour lui et une ambiance de bureau.

Second avantage pour une entreprise de laisser ses salariés faire du coworking, la possibilité de créer des synergies avec des travailleurs indépendants et des salariés d’autres entreprises. Il faut toutefois se limiter aux dossiers ne présentant pas de problème de confidentialité. Il est possible de travailler en commun sur des projets déjà existants mais aussi d’échanger avec des interlocuteurs d’autres secteurs d’activités ce qui favorise naturellement la créativité et l’innovation des salariés.

La mise en avant de la créativité est aussi à l’origine d’une autre forme de travail : l’intrapreunariat.

 

3. L’intrapreunariat

 

Cette forme de travail consiste à laisser les salariés les plus innovants créer « leur propre entreprise » au sein de leur entreprise. Ces salariés gardent leur statut de salariés mais gagnent beaucoup plus d’autonomie pour lancer leurs propres projets.

Ces projets peuvent consister en des projets prometteurs mais qui ne font pas partie de la stratégie première de l’entreprise. Il s’agit pour l’entreprise de tirer profit de l’esprit d’entrepreneurs de ses salariés. C’est aussi un bon moyen de tester de nouveaux produits ou de nouveaux marchés en limitant les risques financiers. La durée de l’intrapreunariat doit être limitée dans le temps. Elle doit toutefois être suffisamment longue pour que le porteur du projet ait le temps de le mener à bien.

Pour les salariés c’est un bon moyen de prouver le potentiel de leurs idées et leur innovation. Si, après la phase d’incubation le projet se révèle porteur, il faut envisager de lancer une spin-off, une nouvelle entreprise indépendante de la première. Les premiers temps le ou les salariés de cette nouvelle entreprise pourront travailler en temps partagé entre les deux entreprises.

 

4. Le temps partagé

 

Le temps partagé consiste …

Lire la suite de l’article