fbpx

Partir en échange Erasmus : l’idée vous tente ! Mais savez-vous vraiment qui peut profiter du programme Erasmus+ et pour quoi faire ? L’Etudiant fait le tour de la question en cinq idées reçues.

1. Erasmus+ est un programme d’échanges destiné aux étudiants

À ses débuts, il y a plus de 30 ans, le programme Erasmus était destiné principalement aux étudiants de l’enseignement supérieur. Aujourd’hui le programme Erasmus+ s’adresse à un public beaucoup plus large : si vous êtes lycéen professionnel, lycéen agricole, apprenti ou demandeur d’emploi vous pouvez également en bénéficier. Le programme fait aussi partir des enseignants, des personnels de l’enseignement scolaire et supérieur et des formateurs de l’éducation des adultes.

2. Erasmus profite aux jeunes de milieux aisés

C’est encore en partie vrai, mais le programme Erasmus s’est considérablement démocratisé. L’observatoire statistique d’Erasmus a publié en mars 2019 une note d’information sur ce sujet : 51 % des étudiants en mobilité ont l’un de leurs parents cadre ou exerçant une profession intellectuelle supérieure. « Mais aujourd’hui, 39 % des étudiants Erasmus+ sont boursiers sur critères sociaux, détaille Laure Coudret-Laut, la directrice de l’agence Erasmus France. Et en formation professionnelle, 60 % des jeunes bénéficiant d’une mobilité Erasmus+ sont d’origine sociale populaire, c’est-à-dire qu’ils ont leurs deux parents ouvriers, employés, agriculteurs ou inactifs. »

3. Erasmus est réservé aux jeunes étudiants

Il n’y a pas de véritable limite d’âge pour participer à Erasmus+. Pour en bénéficier, il suffit d’être inscrit dans un établissement d’enseignement ou de formation. Ainsi, des élèves d’école primaire, de collège, de lycée peuvent bénéficier d’une mobilité ou d’un partenariat Erasmus+. Plus tard, si vous êtes demandeur d’emploi ou si vous êtes suivi par une mission locale ou un organisme de formation pour adultes, là encore vous pouvez profiter d’une mobilité pour étudier, se former ou travailler à l’étranger.

4. En échange Erasmus, on part dans une capitale européenne

Depuis 2016, il est également possible de partir en mobilité Erasmus+ dans 168 pays hors Union européenne. Ainsi, en 2018, au départ de la France, 2.079 bourses Erasmus ont été accordées pour étudier ou effectuer un stage dans un pays hors UE : pays des Balkans, Russie, pays du Maghreb, d’Amérique Latine, d’Amérique du Nord, d’Asie… Mais il reste vrai que les pays de l’Union européenne se taillent encore la part du lion avec 47.276 bourses accordées l’an passé à des étudiants français.

5. En Erasmus, on fait surtout la fête

Le film « L’Auberge espagnole » peut laisser croire qu’Erasmus+ est un programme avant tout festif ! Quand vous partirez en mobilité pour vivre et découvrir la culture d’un pays, vous profiterez en effet des fameuses soirées Erasmus, très animées et multilingues. Vous y rencontrerez peut-être votre futur conjoint comme un étudiant Erasmus sur quatre (d’après une étude de la Commission européenne).

 

Lire la suite de l’article