fbpx

Ces méthodes hasardeuses souvent décriées mais pourtant encore pratiquées par les recruteurs. En effet, il n’est pas rare que dans les process de recrutement certaines entreprises fassent appel à ces techniques ésotériques.

Cette forme de consulting semble entrée dans les mœurs. Autrefois réservées aux particuliers ces pratiques mystérieuses sont désormais plébiscitées par des chefs d’entreprise.

Même si elles ne sont pas totalement illicites ces méthodes se sont démocratisées ces dix dernières années.

 

L’art divinatoire au service des recruteurs

Le recrutement d’une nouvelle personne au sein d’une équipe est inévitablement source d’interrogations. À l’heure où la relation humaine revient au centre des préoccupations, les équipes managériales sont vigilantes sur la personnalité des candidats.

D’autre part, une erreur de recrutement peut coûter cher à une entreprise et faire perdre du temps.

C’est pourquoi certaines d’entre elles, pour se rassurer, font appel à l’astrologie, la numérologie, ou encore la graphologie…

La première permet d’étudier la personnalité des candidats. Selon une récente étude Qapa.fr les signes du Cancer, Gémeaux et Bélier auraient plus de chance d’être au chômage tandis que les Taureaux arrivent en tête des salaires les plus élevés.

Dans le top 3 des signes préférés des recruteurs : le Poisson, le Scorpion et le Sagittaire.

Du côté de la graphologie, elle concerne essentiellement le recrutement des cadres. Le graphologue s’appuie généralement sur la lettre de motivation, le CV et la fiche de poste. Cette science d’analyse du comportement dresse un portrait du candidat. Il définit ses compétences, révèle son dynamisme, sa personnalité et ses capacités de réussite au poste présenté.

Enfin, la numérologie se fonde sur l’attribution de propriétés à des nombres. Ces dernières sont variables en fonction du contexte.

 

Mais que dit la loi ?

Le législateur n’interdit pas ces méthodes néanmoins ces dernières sont encadrées. Tout d’abord, les méthodes et techniques d’aide au recrutement mises en œuvre doivent être portées à la connaissance du candidat et du comité social et économique (CSE).

Enfin elles doivent être pertinentes au regard de la finalité poursuivie (le recours, notamment, à l’astrologie, la graphologie ou la numérologie est interdit, sauf justifications pertinentes – article L 12 21-8 du code du travail). Les résultats obtenus doivent rester confidentiels, sauf à l’égard du candidat.