fbpx

Vous vous lancez dans le monde du travail mais l’anglais reste votre point faible. Heureusement, il n’est pas trop tard pour progresser surtout si vous êtes motivé. Toutes les pistes pour s’améliorer à l’oral comme à l’écrit.

 

Quand il a su qu’il était embauché en stage de fin d’études à Brighton au service communication d’un groupe international, Victor, qui se savait faible en anglais, a pris les grands moyens : « Déjà, j’ai paramétré mon téléphone, mes réseaux sociaux et mon ordinateur en anglais, et puis j’ai regardé intensément la série britannique Dowtown Abbey pour me mettre l’accent en tête ». Malgré cela, il lui a bien fallu deux mois d’adaptation linguistique…

Comme Victor, vous arrivez au bout de vos études et vous abordez le dernier stage ou le premier emploi. Et là, l’anglais n’est plus une option : il vous faut envoyer et répondre à des mails dans la langue de Shakespeare, et surtout, mener des entretiens par téléphone ou via Skype avec des clients ! Ou bien vous paniquez à l’idée de passer un entretien d’embauche en anglais.

Plus question de fuir le problème, mieux vaut prendre tout de suite les moyens de progresser.

 

Et si vous repreniez des cours ?

La première option consiste bien sûr à (re)prendre des cours. Attention à ne pas retomber dans une formule trop scolaire : les « petits cours » que donne le prof d’anglais ou l’étudiante de votre immeuble risquent d’être aussi peu efficaces ceux que vous avez suivis depuis la sixième…

Tournez-vous plutôt vers les organismes spécialisés qui proposent des cours adaptés aux adultes et insistent sur la pratique orale comme par exemple les cours pour apprendre l’anglais de Wall Street English : ils comportent notamment des modules d’anglais professionnel ou des formations intensives utiles s’il vous faut progresser rapidement. Si vous êtes déjà en entreprise, ces cours peuvent d’ailleurs être pris en charge dans le cadre de la formation. Wall Street English propose aussi des outils numériques : applications mobile, exercices et tests en ligne, entraînements intéractifs,vidéos Youtube…

 

Loisirs : in English, please

Si vous ne vivez pas en pays anglophone, il vous faut muscler cet apprentissage en écoutant un maximum d’anglais durant vos temps de loisirs. Comme Victor, pensez à regarder vos séries télé en anglais : d’abord avec des sous-titres dans votre langue maternelle (le français par exemple), puis des sous-titres anglais, puis, quand votre niveau s’élève, sans plus aucun sous-titre…

Amateur de jeux vidéo ? Là encore, pourquoi ne pas passer à l’anglais ? Vous pouvez aussi lire des romans en anglais, suivre l’actualité sur des sites anglophones, ou écouter la radio sur la BBC en téléchargeant l’application BBC World Service, consacrée à l’actualité internationale.

 

Suivez des MOOC dans votre domaine professionnel

Avec la multiplication des cours en ligne, vous pouvez désormais suivre un grand nombre de MOOC (Massive open on line Courses) : les universités américaines ayant été les premières à en ouvrir dans toutes les disciplines, il n’est pas difficile de trouver des MOOC en anglais, par exemple sur la plateforme Coursera.

Tant qu’à faire, choisissez un cours lié à votre secteur professionnel ou à vos centres d’intérêt. Non seulement vous améliorez votre compréhension de l’anglais oral (car les cours sont en vidéo) et écrit (il faut lire les cours et faire des exercices), mais vous apprenez …

 

Lire la suite de l’article