Prendre un job, c’est bien. Mais sacrifier ses études, c’est non ! Avant de vous précipiter sur la première offre d’emploi venue, suivez nos 8 conseils. L’Etudiant a recueilli les recommandations de Brigitte Bleyer, spécialiste de l’emploi étudiant, pour que votre job ne perturbe pas vos études.

 

1. Tu éviteras de prendre un job en première année

Si vous le pouvez, « en première année, prenez le temps de vous familiariser avec votre nouvel environnement, ses exigences, ses nouvelles méthodes de travail, conseille Brigitte Bleyer, spécialiste de l’emploi étudiant à Pôle emploi. Vous devez passer l’essentiel de votre temps à l’université ou dans votre école. Chaque année, lors des forums jobs que j’organise, je rencontre des étudiants qui entament une deuxième première année de fac et cherchent un emploi à mi-temps. C’est ce qui les a empêchés de réussir l’année précédente ».

 

2. Tu ne sacrifieras pas un cours pour un emploi

« Consultez d’abord votre planning d’études avant d’accepter la première offre d’emploi qui se présente, conseille Brigitte Bleyer. Partez des disponibilités horaires qui vous restent et ne sacrifiez pas un cours pour un emploi. »

Priorité doit être donnée à la réussite de votre diplôme ! En première ou deuxième année, la conseillère Pôle emploi recommande donc de ne consacrer idéalement qu’une journée par semaine à un job, le week-end, ou de ne travailler que durant les vacances scolaires.

De même, en vous coupant de la vie associative et des relations sociales sur le campus, vous hypothéquez vos chances de succès aux examens. Ne les sacrifiez pas.

 

3. Tu privilégieras un job en relation avec tes compétences

« Si vous êtes doué en langues étrangères, si vous avez des compétences en bureautique ou dans le digital, mettez-le en avant et cherchez des offres dans ces domaines », conseille Brigitte Bleyer. Si vous êtes bon en maths, en sciences ou en français, par exemple, les cours de soutien scolaire à des élèves, collégiens et lycéens, fournissent une excellente piste de recherche de jobs. Et vous serez mieux payé que le SMIC (9,88 € brut de l’heure en 2018).

 

4. Tu feras attention au volume horaire de travail

Année après année, les enquêtes de l’OVE (Observatoire de la vie étudiante) le prouvent : un job sans rapport avec vos études exercé 15 heures par semaine a une influence négative sur la réussite de vos études. Le danger qui vous guette : l’échec aux examens. Attention à ne pas vous installer dans le statut de « salarié étudiant » : c’est une situation où votre travail l’emporte dans votre tête pendant votre journée d’études. Vous risquez alors de redoubler ou pire d’abandonner votre formation.

 

Lire la suite de l’article