fbpx

Moins connu que le bore-out ou le burn-out, le brown-out a récemment fait son apparition dans le monde du travail. Cette forme de dépression au travail se traduit par un manque de reconnaissance, une perte de motivation et de sens au travail mais aussi une baisse d’engagement de la part des salariés. Si vous ressentez ces symptômes, il est urgent de faire un point sur votre carrière professionnelle et sur vous-même. MY-ROCKET vous en dit plus sur ce nouveau danger qui guette les managers et les collaborateurs !

 

Burn-out, bore-out et brown-out : quelles sont les différences ?

Le burn-out est la pathologie la plus connue et se manifeste par un épuisement professionnel lié à une charge de travail conséquente. Elle se traduit par une incapacité pour le salarié à accomplir son travail comme il le faisait avant.

Le bore-out est l’inverse du burn-out et se caractérise par une sous-charge de travail qui provoque un épuisement professionnel par l’ennui. Le salarié en bore-out effectue des tâches rébarbatives, n’a pas de défi à relever ni d’objectif à atteindre ce qui provoque un désintéressement pour son emploi.

Le concept de brown-out a été évoqué pour la première fois en 2013 par David Graeber. Cet anthropologue a dénoncé les dangers des métiers inutiles apparu à la suite des progrès technologiques et provoquant de la lassitude pour les salariés, sous le nom de « bullshit jobs ».

Le brown-out se traduit par un manque de sens dans son travail quotidien dû à des taches non stimulantes. Ces dernières entraînent une sorte de désillusion, une baisse de l’engagement et un désintérêt pour la qualité du travail effectué. Cette pathologie est surtout présente chez les collaborateurs ayant un certain niveau d’études et de compétences, qui effectuent un travail dévalorisant par rapport à leurs connaissances et expériences.

 

Comment le brown-out se traduit-il ?

Le brown-out se manifeste par certains comportements ou sentiments ressentis. Vous …

  • Travaillez sans éprouver d’intérêt pour ce que vous faites
  • Voyez votre travail comme une corvée et il ne vous stimule plus intellectuellement
  • Avez l’impression d’être inutile dans votre emploi
  • Trouvez de plus en plus d’excuses pour vous absenter
  • Trainez les pieds pour aller aux réunions
  • Ne prenez plus votre vie en main et vous ne prenez plus de décisions importantes par vous-même
  • Souffrez physiquement : vous êtes fatigué, vous mangez gras, vous avez abandonné les activités physiques et sportives
  • Avez perdu votre sens de l’humour et vous êtes devenu passif et agressif

 

Les causes du brown-out peuvent varier. Vous pouvez avoir été victime d’une erreur de casting et vous occupez alors un poste pour lequel vous n’êtes pas fait. Vous pouvez également avoir une mauvaise hygiène de vie, ce qui entraîne un manque de sommeil pourtant primordial pour récupérer.

Comment faire pour inverser cette perte de sens ?

La première étape est de vous rendre compte de l’influence du brown-out sur votre vie. En effet, cela n’affecte pas que votre carrière mais aussi votre vie personnelle. Confiez-vous sur votre mal-être à un professionnel, à votre famille ou à des amis. Échangez avec eux peut vous déculpabiliser et vous permettre d’aller mieux. Demandez à votre médecin un arrêt de travail. Vous éloignez de votre travail quelque temps vous permettra de remonter la pente.

La deuxième étape consiste à faire le point sur votre vie professionnelle. Vous devez effectuer un changement radical en quittant votre zone de confort et en vous tournant vers un environnement nouveau et inconnu. Privilégiez l’épanouissement au travail et non pas la sécurité de l’emploi. Prenez le temps d’effectuer des recherches sur l’emploi de vos rêves.

 

Le brown-out n’est pas reconnu comme une maladie professionnelle. Si vous en souffrez, vous devrez tenter de prendre des mesures pour rendre votre travail plus intéressant. Si malgré tous vos efforts, vous ne parvenez pas à vous sentir mieux, vous devrez envisager de changer de poste, soit par une promotion ou une démission.