fbpx

Vous envisagez une reconversion ? Ecrire peut vous aider à y voir plus clair. Petit tour d’horizon de ce qu’apporte l’écriture… en période de transition.

 

Pourquoi écrire?

 

Ecrire permet de prendre soin de soi

Coucher sur le papier notre état d’esprit, nos préoccupations, la situation que nous vivons, nos doutes, nos peurs et questionnements, nos bonheurs aussi, c’est prendre le temps de dialoguer avec soi-même. Et ce n’est pas un luxe, surtout lorsque l’on n’est plus satisfait de son job actuel ou que l’on est en période de surchauffe.

Il y a, dans l’activité d’écriture, deux principaux bénéfices :

  • Ecrire est, dans sa nature même, une activité qui permet de ralentir et couper le rythme effréné dans lequel nous sommes pris. Si vous avez perdu l’habitude d’écrire au stylo, faites-en l’expérience ! La main ne va pas aussi vite qu’on le voudrait, elle se contracte et impose une forme de lenteur à laquelle il est intéressant de goûter.
  • Ecrire permet de prendre soin de ses émotions et de lever ses blocages ou ancrer ses bonheurs. C’est une manière d’analyser ce qui nous arrive ou, en tout cas, de le décrire. En période de transition, se livrer à cet exercice revêt une importance toute particulière : cela permet de mieux se comprendre et de gérer, dans le présent et pour le futur, notre relation au changement.

 

Ecrire permet une reconnaissance et plus grande présence à soi

On parle beaucoup, dans l’environnement professionnel ou personnel, de l’importance des signes de reconnaissance. Cette reconnaissance fonctionne comme l’amour : comment aimer ou se laisser être aimé.e quand on ne s’aime pas soi-même ?

De la même manière, comment reconnaître ce qui se passe chez l’autre, si l’on ne reconnaît pas ce qui se passe chez nous ?

Ecrire permet d’être plus présent à soi et à ce qu’on vit, de reconnaître et, petit à petit, connaître nos modes de réaction, nos modes d’action.

 

Ecrire, c’est avancer

Ecrire, avec un stylo et du papier, induit un mouvement vers l’avant. La main glisse de la gauche vers la droite, ou de la droite vers la gauche : il y a mouvement ! Ecrire permet à la main de précéder le mouvement que notre corps entier va initier : vers un nouveau métier, une nouvelle philosophie de vie, une nouvelle version de soi.

 

Quoi écrire ?

 

Proposition #1 : Ecrire le moment présent et prendre du recul face à une émotion intense

En période de transition ou reconversion, Dieu sait que les émotions sont vives ! Cette activité se nomme le journaling et consiste à prendre entre 3 et 5 minutes pour écrire, lorsque vous êtes confronté.e à une émotion vive (ex. vous venez de recevoir un mail qui vous met en colère, vous avez reçu une nouvelle qui vous rend fébrile) tout ce qui vous passe par la tête et par le corps ! Ce qui est écrit n’a même pas pour objectif d’être relu, vous jetterez probablement votre note après l’avoir écrite.

Vous pouvez décrire la situation ou votre ressenti : couchez à l’écrit tout ce qui vous vient et si rien ne vous vient, écrivez que vous ne savez pas quoi écrire. Peut-être pouvez-vous décrire ce que vous ressentez : un dos contracté, froid aux mains, etc. ? Tout est permis !

Cette pratique, simple mais qui nécessite d’en prendre l’habitude et d’en acquérir les automatismes, offre l’avantage  de nous mettre,  grâce à l’écriture, à distance du problème. De quoi calmer le corps et l’esprit, et permettre de trouver sa voie : en tout cas, celle de plus de sérénité !

 

Proposition #2 : Ecrire pour voir le chemin parcouru

On l’appelle Journal intime, on peut aussi l’appeler Journal de bord : l’idée est d’écrire sur une base régulière (quotidiennement ou de manière hebdomadaire, à vous de trouver votre rythme) ses idées, les événements vécus, nos pensées.

Dans le cadre d’une reconversion, cela permet de cartographier les pistes envisagées, de les questionner, de les voir évoluer, en fonction de nos découvertes, des enquêtes métiers menées, etc. Cet exercice permet de se retourner sur son histoire et de voir le chemin parcouru, ce qui est d’autant plus fondateur lorsqu’on est dans un processus de changement.

 

Julia Cameron propose dans son livre Libérez votre créativité la pratique des pages matinales. Il s’agit là d’une vraie discipline qui permet de clarifier et de développer sa créativité.

Le procédé est simple : se munir d’un cahier et d’un crayon / stylo et y écrire 3 pages, chaque matin, avant même que la journée ait commencé, sans réflexion ou événement préliminaire et sans autocensure ! Refermer le cahier et démarrer sa journée. Il n’est même pas conseillé de relire ses écrits. Le but est de faire émerger nos pensées de manière spontanée et de se connecter à notre inconscient.

C’est une formidable porte d’accès au lâcher-prise et à la créativité ! De véritables moments de fulgurances apparaissent. C’est une forme de méditation par les mots.

 

Proposition #4 : Ecrire nos bonheurs de la journée

Les fameux 3 kifs par jour loués par Florence Servan-Schreiber : il s’agit de repérer …

Lire la suite de l’article